OLEG SENTSOV | 143e jour | En grève de la faim, le cinéaste criméen est prêt à mourir pour la liberté des 70 autres prisonniers politiques ukrainiens enfermés en Russie

Catégorie : Actualité

La Crimée occupée

Synthèse et bilan de l’occupation russe de la Crimée depuis mars 2014 à ce jour. Ce qui était censé devenir la vitrine économique de la Russie à l’instar de Sotchi n’est plus qu’une vaste « zone grise » militairement sanctuarisée.

Magie des objets ukrainiens (livre d’art)

Un beau livre ukrainien enfin publié en français – voilà qui ne court pas les rues. Mais ô bonheur, on en trouve un au Salon du Livre qui se tient à Paris cette semaine

Les fêtes de fin d’année en Ukraine
des Scythes à nos jours (I)

La Noël ukrainienne a conservé le caractère à la fois mystique et frétillant que pouvait avoir jadis cette fête à travers l’Europe, d’un bout à l’autre du continent.

L’hybression russe
– Analyse et chronologie détaillée 2002-2017

Guerres du gaz, guerres hybrides, cyberattaques, énergo-militarisme et autres perfidies venues de Russie. Après la famine artificielle, le chaos artificiel…

Les bordels de Lviv
des origines à nos jours (I)

Si le temps a passé son voile opaque sur la belle Cité, il suffit de le soulever discrètement pour découvrir tout un monde aujourd’hui disparu. Un petit passage par les maisons closes qui vaut bien des nuits blanches en bibliothèque.

Gogol l’Ukrainien?

Parmi les Ukrainiens ayant le plus compté dans l’Histoire de leur pays, le cas Nikolaï Gogol ou plus exactement Mékolaï Hohol en ukrainien, ne manque jamais de ranimer les thèmes éternels de l’identité et de la langue ukrainienne si malmenées dans ce pays depuis des siècles.

De la danse au combat:
jeux cosaques et hopak martial

Les « jeux cosaques » et le hopak martial mettent à l’honneur la culture martiale et les valeurs de la сosaquerie. Ils ont devancé le grand renouveau identitaire auquel on assiste aujourd’hui en Ukraine.

L’Affaire
Schwartzbard – Petlioura

Samuel Schwartzbard fut-il le justicier qu’il a prétendu être? Simon Petlioura s’est-il compromis en tolérant des pogroms antisémites? Et les Soviétiques ont-ils organisé l’attentat à des fins de propagande ? Le procès ne permit jamais de répondre à ces trois questions. Mais après la chute de l’Urss, des éléments nouveaux sont venus compléter ce dossier qui mériterait aujourd’hui une révision en Justice.

18 mai 1944 : déportation totale des Tatars de Crimée

La journée dite du « Surgûn » commémore tous les 18 mai la déportation des Tatars criméens, ultime épisode génocidaire suite auquel la Crimée « qui-a-toujours-été-russe » devint russe à 90%.